Publicité
21 janvier 2015 - 18:55 | Mis à jour : 19:12

La parité menacée par l'austérité à Laval

Fanny Arnaud

Par Fanny Arnaud, Journaliste

Toutes les réactions 1
Plus de besoins et moins de moyens.
 
C'est à cette équation que dit devoir faire face la la Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF) qui lutte au quotidien pour l'égalité hommes-femmes.
 
"On recule de dix ans en matière de capacité d'action" regrette Marie-Eve Surprenant, coordonnatrice de la TCLCF.
 
La mission de ce groupe communautaire est de défendre les droits des femmes. 
 
Parmi ses membres, on trouve notamment le Centre de prévention et d'intervention pour les victimes d'agression sexuelle, le Centre des femmes de Laval, ou encore la Maison de Lina qui héberge les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants.
 
Une clientèle plus fragile
 
Mme Surprenant dit qu'au cours des derniers mois, les groupes membres de la TCLCF ont vu la situation de leur clientèle se détériorer.
 
Selon elle, les mesures d'austérité exacerbent les discriminations à l'égard des femmes.
 
"Les groupes doivent refuser des femmes car la clientèle a explosé et les ressources diminuent", dit-elle.
 
Par exemple, elle explique qu'à Laval les trois maisons d'hébergement pour les femmes victimes de violence doivent refuser près d'une personne sur deux. Quant au Centre de prévention et d'intervention pour les victimes d'agression sexuelle, il affiche une liste d'attente de huit mois.
 
"Ça donne une idée du nombre de femmes qu'on ne peut pas aider", dit-elle.
 
Des finances incertaines
 
Au 1er janvier dernier, la TCLCF a du se séparer de deux de ses quatres employées pour des raisons financières. Et, d'ici l'été prochain, il pourrait ne rester qu'une personne à temps partiel.
 
Mme Suprenant dit que la plupart de leurs ententes de financement se terminent le 31 mars  2015 et que rien ne laisse entendre qu'elles seront renouvelées.
 
"Ce qui nous inquiète est le silence du Gouvernement sur la volonté de maintenir un plan d'action pour l'égalité entre les sexes", dit-elle.
 
Elle ajoute que la majorité de leurs financements sont gérés par le Conseil régional des élus (CRÉ) qui pourrait être amené à disparaître.
 
Mme Surprenant dit être habituée à faire face à la précarité financière mais que si ce flou perdure, la TCLCF qui existe depuis plus de 25 ans pourrait mettre la clef sous la porte dans l'année qui vient.
 
"Nos membres sont inquiets, indignés et en colère face au Gouvernement et aux mesures d'austérité", dit-elle.
 
 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • C'est dommage que plusieurs de ces organismes aient appuyé Québec Solidaire lors de la dernière élection, car Q.S. s'est acharné à combattre le Parti Québécois et a donc aidé les libéraux à se faire élire. Amir Kadir n'est pas un modèle de support envers les femmes, lui qui est d'accord avec la politique que la femme n'est pas égale à l'homme. Les hommes en avant et les femmes derrières.

    Jean Cooke - 2015-01-22 19:44