Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 septembre 2015 - 11:14 | Mis à jour : 11:28

La Ville de Laval s'oppose au projet Énergie Est

Toutes les réactions 1

Le maire de Laval, Marc Demers, accompagné de citoyens et de leaders du domaine environnemental, a rencontré la presse la semaine dernière pour présenter le mémoire déposé à la Commission de l’environnement de la Communauté métropolitaine de Montréal dans le cadre d’une consultation sur le projet Énergie Est.

Le document est sans équivoque : la Ville de Laval s’oppose à ce projet, non seulement sur son territoire, mais dans son intégralité. Le maire en a d’ailleurs appelé à une vaste mobilisation du monde municipal, des citoyens et de la société civile contre ce projet « Nous avons le pouvoir de bloquer cet oléoduc et de faire reculer ses promoteurs », a déclaré le maire Demers.   

Le tracé final de l’oléoduc sur le territoire lavallois n’est toujours pas connu, mais les plans à l’étude prévoient que l’ouvrage traversera l’île Jésus dans sa partie est. L’oléoduc franchirait donc les deux rivières qui bordent Laval – des Mille Îles et des Prairies –, la zone agricole et deux quartiers résidentiels, l’un au nord et l’autre au sud.

Les autorités lavalloises ont rencontré les représentants de la société TransCanada au cours du mois d’août à ce sujet, mais ces derniers n’ont pas été en mesure de répondre aux questions de la Ville.

« Notre principal souci, c’est la sécurité de nos citoyens et la protection de l’environnement, et plus particulièrement en ce qui concerne les risques de déversement dans nos cours d’eau », a déclaré M. Demers.

De récents événements démontrent en effet que malgré les promesses et les engagements des entreprises exploitantes, des accidents liés aux oléoducs se produisent fréquemment et causent des sinistres humains et environnementaux dont les impacts sont majeurs. Marc Demers précise : « Des problèmes graves se produisent par centaines sur les oléoducs existants. Devant de tels risques, il s’avère injustifiable de permettre ce projet. La sécurité des personnes prime sur le reste et nous ne permettrons pas de mettre la santé et la vie de nos citoyens en danger. »

Dans son mémoire, la Ville de Laval fait aussi état d’une préoccupation plus large entourant l’implantation d’oléoducs. Pour Laval, de telles infrastructures s’inscrivent dans un modèle économique auquel Laval n’adhère pas puisqu’il prône l’utilisation des combustibles fossiles, donc non renouvelables. Marc Demers explique : « Notre philosophie de développement est connue, nous y croyons, et elle ne va pas dans la direction des énergies fossiles. »

Il rappelle que la Ville de Laval préconise plutôt une vision basée sur le développement durable, la diminution des gaz à effets de serre, la réduction de la dépendance à l’automobile, particulièrement en mode solo, la mobilité active des citoyens, l’électrification des transports, la mise en place de mesures efficaces d’économie d’énergie et le développement des énergies vertes renouvelables.

Présent aux côtés du maire Demers, Steven Guilbeault, membre fondateur et directeur principal d’Équiterre, s’est réjoui de cette position. « Je tiens à saluer le leadership du maire Demers qui, à l’aube de la Conférence de Paris sur le climat, reconnaît que notre développement ne passe plus par les combustibles fossiles », a-t-il déclaré. « Nous nous réjouissons de cette position de la Ville de Laval et nous souhaitons qu’encore plus de municipalités touchées emboîtent le pas », a ajouté M. Guilbeault.

Le maire Demers a aussi fait appel au monde municipal, aux citoyens et à tous les regroupements qui s’objectent à ce projet. « Ensemble, nous avons le pouvoir de changer les choses. Même s’il s’agit d’un projet qui dépasse les limites de notre municipalité, je suis persuadé que c’est possible d’influencer les décisions », a affirmé le maire de la troisième ville en importance au Québec.

Le maire de Laval a d’ailleurs invité tous les opposants au projet Énergie Est à adhérer au mouvement lancé par Laval en manifestant leur intérêt par courriel (cliquez ici). 

Au cours des prochaines semaines, la Ville de Laval compte entreprendre avec ses alliés un plan d’action pour freiner le projet d’oléoduc. Le maire de Laval espère notamment convaincre les autres municipalités de lui emboîter le pas.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Que signifie ce NON , plus de transport par bateaux ou trains ou camions,plus de dépendance du pétrole américain .Nous devons cesser d'être doctrinaire et émotionnel et tenter d être intelligent,ou est ce trop difficile? LE BESOIN EST TOUJOUR PRESENT COMMENT LE COMBLER??????

    MOPI - 2015-09-14 14:05