Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une solution respectueuse de l’animal et de sa famille

Euthabag : housse funéraire pour animaux domestiques

durée 08h00
4 juin 2018
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
Marie-Claude Pilon
email
Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Depuis qu’elle pratique son métier, Céline Leheurteux a euthanasié des milliers d’animaux. Parce qu’il n’y avait pas, jusqu’à il y a deux ans, d’alternative aux sacs plastiques, la vétérinaire a conçu une housse funéraire pour animaux.  

Jusqu’en 2014-2015, les médecins animaliers devaient disposer des corps des animaux dans des sacs plastiques. « Je me sentais toujours mal de le faire et je devais presque me cacher pour cette étape. J’ai réfléchi et je me suis demandée comment je pourrais concevoir un produit respectueux, autant pour l’animal que pour sa famille », indique celle qui pratique à la clinique Deborah Nash de Saint-Louis-de-Gonzague. 

C’est là qu’est né l’euthabag qui fournit une solution professionnelle aux vétérinaires. « Au Québec, près de 50 % des plaintes en déontologie ont à voir avec l’euthanasie. Il était donc capital de trouver une solution afin que ce moment soit moins pénible pour les gens éprouvés », ajoute-t-elle.

Conçu au Canada  

Depuis son apparition sur le marché, plusieurs cliniques vétérinaires ont recours à l’euthabag. Pourquoi? Car il a une base antifuite qui empêche les liquides corporels de s’échapper après le décès. Il est ajustable et disponible en cinq formats pour couvrir tous les types d’animaux domestiques…du cochon d’inde aux Danois.

Il a des poignées intégrées pour faciliter son transport, en plus d’être solide, écologique et respectueux. «  Il est résistant aux griffes de l’animal et fait de matières recyclées sans chlore ni métaux lourds. Il est aussi facilement identifiable car il y a un espace prévu à cet effet sur le sac afin d’éviter les pertes ou le mélange des dépouilles après le décès », résume-t-elle.

La fermeture éclair facilite aussi l’insertion de l’animal à l’intérieur et évite au vétérinaire de faire des manipulations superflues. « En raison des matériaux utilisés pour le fabriquer, l’euthabag peut être incinéré ou entérré sans nuire à l’environnement. C’était aussi très important pour moi au moment de sa conception », souligne l’entrepreneure.

Actuellement, près d’une clinique sur deux au Québec s’est tournée vers cette solution. Au Canada, ce sont 350 cliniques qui ont fait de même.

Récemment, Céline Leheurteux s’est rendue sur le plateau de l’émission Les Dragons. Son objectif? Qu’un des dragons millionnaires investissent dans son produit pour lui permettre de conquérir de nouveaux marchés.

Ayant réussi à obtenir un investissement, la conceptrice de l’euthabag nous dit quelle sera la suite des choses pour son produit.

Pour plus d’infos, on peut consulter le site Internet ou la page Facebook.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Technologistes médicaux: une pénurie silencieuse qui crée des retards dans le réseau

Travailleurs de l'ombre et métier méconnu du public, les technologistes médicaux sont essentiels pour traiter les patients. Toutefois, une «pénurie critique» de technologistes sévit présentement au Québec, ce qui engendre des retards dans le réseau de la santé.  Les analyses effectuées par les technologistes médicaux permettent au médecin de ...

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

durée Hier 15h00

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...