Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 août 2018 - 16:01

Texte commandité

Faut-il investir en ville ou en banlieue ?

 

Vivre en ville ou en banlieue est un choix de vie personnel. Souvent, le projet de fonder une famille loin de la ville, prendre sa retraite dans un endroit calme et moins cher sont des éléments déclencheurs. Le prix de l’immobilier est néanmoins le plus souvent invoqué. Entre ville et banlieue, comment faire un choix éclairé ?

Des prix plus bas en banlieue

Selon les quartiers de Montréal, l’immobilier a enregistré ces dernières années des hausses entre 8 et 22 %. Les logements sont ainsi difficilement accessibles aux célibataires ou aux jeunes couples désireux de fonder une famille.

En banlieue, ils peuvent acheter plus grand et moins cher. Il faut dire qu’une maison s’acquiert pour 250 000 dollars contre 375 000 à Montréal. Comment hésiter entre une maison unifamiliale et un duplex dont on ne choisit pas ses voisins de surcroît ? Les taxes quant à elles sont moins élevées et le stationnement gratuit !

Neuf ou ancien ?

Les aides à l’accession à la propriété (RAP) sont des mesures incitatives pour investir dans une première propriété. Reste à savoir s’il vaut mieux acheter dans du neuf ou de l’ancien. Le choix est vite réglé par ceux qui souhaitent la tranquillité d’esprit avant tout : moins de travaux à prévoir, du moins pas avant 15 ans avec un logement neuf, donc moins de frais aussi. Cet argument est le plus souvent avancé par ceux qui partent à la retraite et choisissent la banlieue.

La contrainte des transports

Vivre loin de Montréal quand on y travaille encore suppose des trajets supplémentaires et plus longs. Deux véhicules par foyer pourraient être nécessaires, donc des surcoûts. Il faudrait donc choisir une municipalité bien desservie, proche de l’autoroute ou possédant une gare. Trouver une maison neuve à vendre à Repentigny par exemple est une bonne option. L’autoroute est proche et la vie est très animée : culture, sport, bibliothèques, centre aquatique, parcs et pistes cyclables entre autres.

Une qualité de vie meilleure

Fonder une famille loin du tumulte de la ville est un argument de poids. L’environnement y est plus calme, il y a moins de pollution sonore. Comme il est aussi plus sécuritaire, les enfants sont plus autonomes, ils vont à l’école à pied et jouent dehors avec leurs petits voisins le soir. Et, argument de poids, on vit au plus près de la nature.

Le prix de l’immobilier et la qualité de vie l’emportent le plus souvent sur les contraintes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.