Publicité
27 avril 2019 - 11:00 | Mis à jour : 28 avril 2019 - 10:07

« J’aime le consentement »

Le Collège Montmorency agit contre les violences à caractère sexuel

Le Collège Montmorency pose des actions claires pour prévenir et contrer les agressions à caractère sexuel au sein de sa communauté.

Pendant deux semaines au mois de mars, un groupe d’étudiantes, épaulées par des membres du personnel du Collège, ont organisé une série d’activités visant à sensibiliser la communauté du Collège aux différentes formes d’agressions à caractère sexuel.

Les étudiantes et étudiants ont été invités à réfléchir à la notion de consentement, à évaluer la portée de leurs gestes dans différents contextes et à prendre eux-mêmes position en faveur de la culture du consentement sexuel.

Un photomaton a notamment été installé où tous les membres de la communauté montmorencienne pouvaient être photographiés en affichant une phrase-clé reflétant leur position envers la question du consentement des agressions à caractère sexuel. Une grande murale a été créée à partir des photos et permet de saisir l’ampleur de la prise de conscience amorcée au Collège Montmorency.

De plus, le Collège a mis en vente à un coût modique des chandails arborant le slogan « J’aime le consentement » ainsi que le logo Ni viande, ni objet. Étudiants et membres du personnel étaient invités à le porter et des centaines de personnes ont aussi signé quelques exemplaires de ce chandail pour signifier leur engagement envers la cause.

Politique pour prévenir et combattre les agressions à caractère sexuel

Le Collège Montmorency s’est aussi doté d’une Politique pour prévenir et combattre les agressions à caractère sexuel qui fera l’objet d’un lancement officiel cet automne. Pour soutenir cette politique, une série d’actions sont prévues et seront présentées plus en détail ultérieurement.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.