Publicité
3 octobre 2019 - 12:00

Réseau de vélo partage

Les BIXI débarquent à Laval !

Par Salle des nouvelles

Dès le vendredi 4 octobre, les célèbres BIXI seront offerts à Laval. L’entente avec l’organisme BIXI Montréal a été entérinée lors de la dernière séance du conseil municipal.

Cette décision permet à Laval de s’intégrer au deuxième plus grand réseau de vélo-partage en Amérique du Nord et, ainsi, de s’associer à un leader mondial dans le domaine. Les vélos ont été acquis par la Société de transport de Laval (STL) grâce au financement accordé par les gouvernements du Canada et du Québec dans le cadre du Fonds pour l’infrastructure de transport en commun, dont les exigences comprenaient une mise en service en 2019. À Laval, les bicyclettes pourront être empruntées ou ramenées aux quatre stations suivantes (celles-ci fonctionnent toutes à l’énergie solaire) :

 

-       Hôtel de Ville;

-       Terminus Montmorency;

-       Terminus Cartier;

-       Parc Saint-Claude.

 

Les BIXI, une alternative à l'auto

« La Ville de Laval est fière se joint au réseau BIXI et en cela, ajoute le vélo-partage au cocktail de moyens de transport mis à la disposition des Lavallois afin d’améliorer la mobilité sur le territoire. Il s’agit d’une façon de plus de réduire notre impact environnemental, de se déplacer et de bouger », souligne Vasilios Karidogiannis, conseiller municipal de L’Abord-à-Plouffe responsable de la mobilité active. « Assurer une mobilité efficace, active et durable s’inscrit d’ailleurs dans les grandes orientations de notre vision stratégique, qui vise à faire de Laval une ville Urbaine de nature », ajoute-t-il.

Cette nouveauté sur le territoire lavallois est le résultat des efforts conjoints de la STL et de la Ville pour la mise en place de solutions de rechange à l’auto solo. « L’arrivée des vélos BIXI à Laval s’arrime parfaitement avec la volonté de la STL d’encourager la mobilité active des Lavallois, et ce, en harmonie avec le développement urbain », affirme Éric Morasse, président du conseil d’administration de la STL.

 

Une offre bonifiée de 20 vélos et deux stations au printemps 2020

En 2020, l’offre lavalloise sera bonifiée de 20 vélos standards et de deux stations supplémentaires. Par la suite, une croissance sur 10 ans est projetée en vue d’atteindre une offre qui pourrait avoisiner 350 vélos.

« À l’ère de l’optimisation du réseau BIXI, le lien entre Laval et notre mode de transport actif est plus que naturel. Nous sommes fiers de cette collaboration, car promouvoir de saines habitudes de vie fait partie de notre quotidien », affirme Christian Vermette, directeur général de BIXI Montréal.

 

Voici les différents abonnements du BIXI:

 

Abonnement (45 minutes par utilisation)

Annuel

94 $

Frais supplémentaires de 1 $ par déplacement pour les BIXI électriques

Mensuel

34 $

Accès courte durée (30 minutes par utilisation)

Aller simple

2,95 $

Frais supplémentaires de 1 $ par déplacement pour les BIXI électriques

1 jour

5,25 $

3 jours

15 $

10 allers simples

25 $

 

  • La location peut se faire avec l’application BIXI, qui permet aussi de géolocaliser les vélos et de valider leur disponibilité, ou directement à la borne.
  • Le port du casque est obligatoire pour l’utilisation d’un vélo à assistance électrique.
  • Pour les accès de courte durée, un dépôt de sécurité de 100 $ par carte de crédit est requis.
  • Les vélos peuvent être remis à n’importe quelle borne des stations BIXI de Laval, de Montréal ou de Longueuil.
  • Les BIXI sont offerts du 15 avril au 15 novembre.

 

Pour en savoir plus sur BIXI et son fonctionnement, rendez-vous sur le site de la Ville de Laval.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.