Publicité

11 décembre 2019 - 06:00

Patrimoine: la Société nationale du Québec souhaite un partenariat pour raviver le "Vieux Pen"

Par Salle des nouvelles

Après Action Patrimoine, qui avait interpellé le ministre Jonathan Wilkinson, député Ministre de l’Environnement et du Changement climatique et responsable de Parcs Canada, c'est au tour de la Société nationale du Québec à Laval de se pencher sur le sort du Vieux Pénitencier de Saint-Vincent-de-Paul. L'organisme appuie sans réserve la Ville de Laval dans ses démarches, en demandant la création d'un partenariat pour donner une seconde vie à l’ensemble patrimonial du "Vieux-Pen" dans le quartier St-Vincent-de-Paul.

Inauguré en 1873, le Vieux Pénitencier est fermé définitivement depuis 1989. Au cours des années, le village de St-Vincent-de-Paul s’est développé autour du pénitencier. Il a été une source importante d’emplois pendant sa construction et pour ensuite assurer son fonctionnement.

La Société rappelle que, dès 2002, l’organisme Patrimoine en tête de St-Vincent-de-Paul a entrepris des démarches auprès des élus pour les inciter à entreprendre des travaux de requalification du Vieux Pénitencier. Deux ans plus tard, un comité aviseur est mis sur pied par le Service correctionnel du Canada et la Société Immobilière du Canada pour établir une stratégie de reconversion du pénitencier. Son rapport est remis en 2005 mais n’a jamais eu de suite.

Pour cette raison, la Société nationale du Québec affirme la nécessité d'un partenariat entre la Ville de Laval, le Service correctionnel du Canada et la Société Immobilière du Canada afin que le projet de revitalisation « réponde aux besoins actuels et futurs de la communauté tout en préservant les éléments architecturaux de valeur patrimoniale du pénitencier. La population du quartier St-Vincent-de-Paul pourra enfin redécouvrir la richesse de son histoire et de son patrimoine ».

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.