Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une Québécoise lance un cri du coeur

COVID-19: « Je veux rentrer à la maison et reprendre ma vie. » - Patricia Costa

durée 14h39
22 mars 2020
Jessica Brisson
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Jessica Brisson, Éditrice adjointe

Voir la galerie de photos

Coincée au Pérou depuis près d’un mois, une Québécoise lance un cri du coeur au gouvernement du Canada. « Je veux rentrer à la maison et reprendre ma vie. »

Originaire du Pérou, Patricia Costa, s’est rendue sur sa terre natale au début du mois de mars avec sa fille et sa mère; bien avant que la COVID-19 affecte les frontières et les avions. « J’ai vécu 10 jours de rêve et maintenant c’est le cauchemar », souligne en entrevue à Néomédia via vidéoconférence, Mme Costa. 

Arrivée au Canada il y a maintenant plus de 20 ans, Patricia Costa s’est bâti une vie au Québec. « Je me suis mariée au Québec, mes filles et ma petite fille y sont nées, ma vie est au Québec », de dire celle qui travaille en tant qu’éducatrice dans un CPE.

Être dans l’incertitude totale

L’évolution rapide de la situation, au Pérou, mais aussi à travers le monde, a amené le président du pays, Martin Vizcarra, à annoncer la fermeture de la frontière et des aéroports. « Les autorités nous disent de regarder au niveau de l’ambassade Canada, mais les bureaux sont fermés jusqu’au 23 mars alors, nous n’avons pas de réponses », poursuit la dame.  

Actuellement, les autorités péruviennes ont établi un couvre-feu interdisant ainsi la circulation de 20h à 5h le lendemain. Les piétons peuvent transiter de 5 h 01 à 19 h 59 seulement pour acheter de la nourriture ou des médicaments. « Les policiers sont dans les rues pour intervenir auprès des gens qui ne respectent pas les consignes », de dire Mme Costa. « Je comprends que c’est pour notre bien et notre sécurité, mais là, tout ce que je veux, c’est rentrer chez moi. »

De l’aide qui tarde à venir

En point de presse, ce dimanche 22 mars, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a laissé savoir que d’ici quelques jours son gouvernement serait en mesure d’annoncer le rapatriement des Canadiens coincés au Pérou et ailleurs dans le monde. 

Toutefois, le ministre de la Défence du Pérou, M.  Walter Martos, a annoncé, dans la nuit du 20 au 21 mars, qu’à partir d’aujourd’hui, le 22 mars, la frontière et les aéroports du pays seront définitivement fermés en raison de l’état d’urgence national.

« Demain est le dernier jour où des facilités sont accordées aux étrangers pour partir et aux compatriotes pour rentrer. Le président a ordonné que tous les aéroports et toutes les frontières soient fermés à compter de dimanche pour prendre une mesure beaucoup plus stricte. Il avait été assoupli en raison des problèmes que nos compatriotes avaient à l'étranger et les principaux compatriotes qui avaient des problèmes dans d'autres pays sont rapatriés. Dimanche, tous les aéroports sont fermés et les mesures d'immobilisation au niveau national sont extrêmes »,a- il déclaré, dans un quotidien péruvien.

« Je suis québécoise et j’aimerais savoir ce qui va nous arriver. Je veux savoir quand nous allons pouvoir retourner chez nous », conclut en larme, Mme Costa.

 

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 13h56

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

26 septembre 2022

Retour en images sur la cérémonie hommage aux policiers décédés en fonction

L’émotion était palpable ce dimanche en après-midi à Ottawa sur la colline parlementaire. Près de 4 500 policiers provenant des quatre coins du Canada, et de la région du Suroît, se sont réunis pour rendre hommage aux agents décédés dans l’exercice de leur fonction plus tôt cette année. Parmi les intervenants qui ont pris part à cette cérémonie ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...