Publicité

5 mai 2020 - 06:00

Répartition par secteur

COVID-19 : Laval enregistre 62 nouveaux cas

Par Salle des nouvelles

Hier soir, le bilan des cas de COVID-19 livré par le CISSS de Laval atteignait 3 511 personnes atteintes, soit 62 nouveaux cas par rapport à la veille. Cela représente 793 personnes atteintes pour 100 000 habitants. Le Québec faisait état de 32 623 cas lundi soir, ce qui fait de Laval le troisième "point chaud" du nombre de cas, après la Ville de Montréal et la région de la Montérégie.

Sur ces 3 511 cas à Laval, malheureusement, 317 personnes sont décédées (onze personnes en plus); 121 personnes sont hospitalisées, dont 19 personnes aux soins intensifs. Sur tous ces cas, 386 sont des employés du CISSS de Laval. 

Par ailleurs, 1 322 personnes se sont rétablies.

Voici la répartition des cas à Laval, par secteur :

- Secteur 1, Duvernay, Saint-François et Saint-Vincent-de-Paul: 557 cas.

- Secteur 2, Pont-Viau, Renaud-Coursol et Laval-des-Rapides: 459 cas.

- Secteur 3, Chomedey, 398 cas.

- Secteur 4, Sainte-Dorothée, Laval-Ouest, Les Îles-Laval et Fabreville-Ouest: 295 cas.

- Secteur 5,  Fabreville-Est et Sainte-Rose: 368 cas.

- Secteur 6, Vimont et Auteuil: 414 cas.

Les données par secteur excluent les cas survenus dans les milieux fermés (CHSLD et résidences pour personnes âgées), ce qui équivaut à 1 102 cas. Par ailleurs, les données présentées sont calculées en fonction du lieu de résidence. À Laval, il y a 18 cas pour lesquels il a été impossible de le déterminer. 

La situation en CHSLD 

Ce lundi 4 mai au soir, le CHSLD Sainte-Dorothée comptait 197 cas confirmés et 83 décès. Le CHSLD Fernand-Larocque en est à 70 cas et 23 décès. Celui de La Pinière recense pour sa part toujours 69 cas et 37 décès et celui d'Idola-Saint-Jean, sept cas et deux décès, des chiffres qui n'ont pas bougé depuis quatre jour. Le CHSLD Sainte-Rose compte quatre cas et un décès.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.