Publicité

11 mai 2020 - 15:00

Personnes référées par la ligne téléphonique dédiée à la COVID-19

L'ouverture d'une deuxième clinique de dépistage permettra 700 tests quotidiens

Par Salle des nouvelles

Vendredi, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval a ouvert une deuxième clinique de dépistage de la COVID-19 au 1160 boulevard Pie-X, qui s’adresse à la population et aux travailleurs lavallois. Un service sans rendez-vous sera offert à partir de demain matin.

Avec l’ouverture d’une deuxième clinique de dépistage, le CISSS de Laval aura une capacité de 700 tests par jour (incluant le dépistage dans les arénas, le dépistage dans les cliniques désignées dévaluation (CDÉ) ainsi que les tests à domicile).

En présence de symptômes, la population doit nécessairement contacter la ligne téléphonique sans frais dédiée à la COVID-19 au 1 877 644-4545. Selon les résultats de l'évaluation, la personne sera dirigée vers la clinique de dépistage appropriée ou recevra le service de dépistage à domicile si jugé admissible.

Seules les personnes référées par la ligne téléphonique dédiée à la COVID-19 peuvent se présenter à la clinique de dépistage. Les deux cliniques de Laval (aréna Cartieret Pierre-Creamer) recevront la clientèle qui nécessite un dépistage COVID-19 en fonction des critères en vigueur actuellement, comme prescrit par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Le déconfinement progressif dans la communauté fait en sorte que davantage de travailleurs sont visés par les critères de priorisation.

» La clinique est située à l’aréna Pierre-Creamer, au 1160, boulevard Pie-X à Laval.Les heures d’ouverture sont de 8 h à 16 h, 7 jours sur 7. Un service sans rendez-vous sera offert à partir de demain matin.

» Pour consulter l’ensemble de ces critères: https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2020/20-210-72W.pdf.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.