Publicité

7 août 2020 - 16:00 | Mis à jour : 17:55

Vie de la commune

Refus de la forme actuel, à Laval du projet IGSR: les réactions du groupe citoyen contre les projets

Par Salle des nouvelles

Le groupe Citoyens-nes contre le projet de développement immobilier IGSR, se réjouit du rejet de la Ville de Laval du projet IGSR dans sa forme actuelle.

Depuis le lancement du groupe sur Facebook le 22 juin dernier, plus de 1800 citoyens ont partagé leurs appréhensions face à ce projet de complexe de villégiature international projeté en bordure du refuge naturel de la rivière des Mille-Îles et au cœur du quartier historique du Vieux Ste-Rose.

Toutefois, le groupe avise la population que la manifestation qu'elle prévoit demain dès 10h à la Berge des Baigneurs est maintenue, d’autant plus que la Ville donne le fardeau aux citoyens.nes de trouver un compromis avec le promoteur, alors que c’est la responsabilité de la Ville. Le groupe sait que l’objectif d’un promoteur est de faire du profit, ce qui passe nécessairement par une densification de la population, mettant en péril un milieu déjà fragilisé.

La vigilance demeure

Comme l’a maintes fois répété son promoteur immobilier François Duplantie, dans l’éventualité où son projet ne passerait pas l’étape de l’acceptabilité sociale, celui-ci n’a pas caché son intention de construire sur l’île Gagnon, des maisons unifamiliales, qui décimeraient encore davantage le couvert forestier de l’île.

Comme l’ont exprimé plusieurs groupes environnementaux et organisations politiques au cours des dernières semaines, le groupe Citoyens-nes contre le projet IGSR salue l’idée que la ville de Laval fasse l’acquisition d’une partie de l’île à des fins de conservation.

À lire également

- La société nationale du Québec contre les projets de l'Île Gagnon et de la place Ste-Rose

- Projets immobiliers: « Sans acceptabilité sociale, le promoteur doit retourner à la table à dessin »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.