Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Texte commandité

Comment différencier les catégories d’arrêts en matière de sécurité machine?

durée 11h16
2 juillet 2021
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

 

Lorsque l’on parle de catégorie d’arrêts en sécurité machine, il est important de débuter par une petite précision. Dans le domaine de la sécurité machine, il existe les catégories d’arrêts, les catégories d’arrêts d’urgence et les catégories de commandes de sécurité. Cet article se penchera plus en profondeur sur les différentes catégories d’arrêts, mais voici une petite définition des deux autres types de catégories.

Les catégories des systèmes de commandes relatives à la sécurité

Ces catégories touchent principalement la classification des systèmes de commandes relatives à la sécurité selon leur résistance au défaut. De plus, la classification tient compte des comportements des systèmes à la suite d’un problème. Les critères se basent sur l’architecture du système de commande, son niveau de détection et sa fiabilité.

Les catégories d’arrêts d’urgence

Très petite, cette catégorie est parfois considérée comme une sous-catégorie des arrêts généraux, mais la particularité de ces systèmes requiert leur séparation. Les arrêts d’urgence doivent se conformer à des normes différentes, particulièrement en ce qui a trait au système d’alimentation et à l’entretien.

Les catégories d’arrêts

Il y a trois grandes catégories d’arrêts :

  1. Catégorie 0
    Les arrêts de catégorie 0 ne sont pas contrôlés et entraînent la fin immédiate de l’alimentation du système. Parfois, des mesures supplémentaires, comme le freinage, doivent être utilisées afin de rendre l’arrêt plus doux.
  2. Catégorie 1
    Les arrêts de catégorie 1 sont contrôlés et le système continue d’être alimenté jusqu’à l’arrêt complet du mouvement. Par la suite, le courant d’alimentation du système est coupé.
  3. Catégorie 2
    Les arrêts de catégorie 2 sont également contrôlés, mais contrairement aux arrêts de catégorie 1, le système continue d’être alimenté, même après l’arrêt complet du mouvement.

Pour choisir le bon type d’arrêt dans un environnement industriel, il est important de prendre de nombreuses informations en considération. Tout d’abord, il est essentiel de vérifier s’il n’y a pas des normes ou des lois encadrant l’utilisation d’une certaine machine ou d’un certain type d’arrêt. Ensuite, il faut effectuer une analyse des risques et de toutes les situations possibles. L’arrêt doit alors être choisi pour protéger au maximum les travailleurs, sans toutefois nuire au roulement de l’entreprise.

Si vous avez des questions sur le choix d’un type d’arrêt ou sur toutes autres choses relatives à la sécurité machine, n’hésitez pas pour communiquer avec une entreprise spécialisée en sécurité industrielle. Les sous-traitants de votre région peuvent vous offrir de judicieux conseils et même vous faire économiser. N’attendez plus pour investir dans la sécurité autour de vos machines; vos employés et votre portefeuilles vous remercieront.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

La Maison Jean Lapointe souhaite rejoindre les jeunes en ligne avec l'initiative TBH

La Maison Jean Lapointe a lancé une initiative pour rejoindre les jeunes sur les réseaux sociaux afin de prévenir les dépendances aux drogues et à l'alcool chez les 12 à 17 ans. L'initiative TBH, pour «To be honnête», permettra à l'organisme de continuer à atteindre les jeunes de cette tranche d'âge pendant les vacances scolaires. La Maison ...

durée Hier 12h00

Le contenu haineux généré par l'IA est en augmentation, disent des experts

Le contenu haineux généré par l'intelligence artificielle (IA) est de plus en plus présent, selon des experts. «Je pense que tous ceux qui font des recherches sur les contenus haineux ou les médias haineux voient de plus en plus de contenus générés par l'IA», a affirmé Peter Smith, journaliste qui travaille pour le Réseau canadien ...

durée Hier 9h00

En moyenne un enfant par jour se rend aux urgences en lien avec une noyade

Au Québec, pendant les mois d'été, en moyenne un enfant par jour se rend aux urgences pour une noyade ou une quasi-noyade, selon une nouvelle étude. L'étude sera officiellement présentée en septembre lors du congrès annuel de l'Association canadienne de chirurgie pédiatrique, mais le Dr Hussein Wissanji, chirurgien pédiatrique à l'Hôpital de ...