Publicité

21 juillet 2021 - 12:00

Allergies saisonnières

Limiter les symptômes associés au pollen de l’herbe à poux

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

L’histoire se répète chaque été. Plusieurs souffrent d’allergies dues au pollen de l’herbe à poux. Cette dernière entre en floraison à la mi-juillet et à la mi-août. Voici comment limiter ses effets.

Pour éviter les symptômes liés à cette allergie, la solution est simple, entrer le moins souvent possible avec l’allergène.

Il est ainsi recommandé d’arracher ou tondre directement l’herbe à poux aux périodes de floraisons. Les plants arrachés devraient être mis à la poubelle, car les graines peuvent repousser dans le compost. Cela nécessite donc un entretien annuel pour obtenir une certaine efficacité.

Le pollen ne voyage pas au-delà de 800 mètres, alors les terrains qui se trouvent autour des habitations sont à privilégiés pour en faire le contrôle. On retrouve l’herbe à poux aussi à d’autres endroits reconnus de l’abriter, comme le long de l’accotement des routes asphaltées et sur les portions de terrains qui longent les rues et les trottoirs. 

Les symptômes

L’allergie à l’herbe à poux, aussi appelée rhinite allergique, est surtout ressentis au niveau du nez et des yeux avec des éternuements répétitifs, de l’écoulement nasal et congestion, le picotement des yeux et du nez, ce à quoi pourraient s’ajouter des problèmes respiratoires que l’asthme peut aggraver chez les personnes qui en souffrent déjà.

Si les symptômes venaient à s’aggraver ou s’ils nuisent énormément aux activités quotidiennes et à la qualité de vie, une consultation médicale peut devenir nécessaire. Il est recommandé d’appeler la ligne Info-Santé au 811 ou consulter un pharmacien d’abord.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.