Publicité

14 octobre 2021 - 15:00

Étude de Pierre Langlois

Niveau de littératie: les lavallois parmi les meilleurs au Québec

Léa Arnaud

Par Léa Arnaud, Journaliste

L’économiste Pierre Langlois a réalisé une étude intitulée « La littératie au Québec : un regard local sur les enjeux » grâce à laquelle il dresse un portrait du niveau de littératie des différentes régions du Québec, dont les résultats ont été dévoilés aujourd'hui par la Fondation pour l’alphabétisation.

D’abord, il faut savoir que la littératie, c’est l’aptitude à lire, à comprendre et à utiliser l'information écrite dans la vie quotidienne.

Pierre Langlois a pu réaliser ce travail en jumelant les résultats du Programme pour l'évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) de 2012, aux données du dernier recensement canadien, datant de 2016, en s'intéressant entre autres au profil scolaire des répondants.

Les MRC ou agglomérations du Québec ont ainsi été répertoriées selon quatre niveaux: 

  • Vert : moins de 54 % de la population n'atteindrait pas le niveau 3 du PEICA.
  • Orange : entre 58 % et 60 % de la population n’atteindrait pas le niveau 3 du PEICA.
  • Jaune : entre 54 % et 58 % de la population n’atteindrait pas le niveau 3 du PEICA.
  • Rouge : plus de 60 % de la population n’atteindrait pas le niveau 3 du PEICA

Le niveau 3 du PEICA correspondant au seuil jugé nécessaire pour comprendre des textes plus longs et plus complexes. 

Pour sa part, la Ville de Laval est en vert. 

« Cette étude nous offre un regard plus local que jamais sur la littératie au Québec, identifie plus précisément les enjeux en cause et aidera ainsi, je l’espère, nos décideurs locaux et nationaux à développer des solutions plus adaptées à la situation de chaque région », de dire André Huberdeau, président de la Fondation pour l’alphabétisation.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.