Publicité

28 décembre 2021 - 15:21

Demandes d'applications

Angelo Iacono lance le programme Emplois d’Été Canada 2022

Par Catherine Deveault

Le programme Emplois d’Été Canada leur offre une contribution salariale afin de garantir la création d’emplois destinés aux jeunes. Alors que l’économie lavalloise se relève des impacts de la pandémie, le gouvernement fédéral agit pour s’assurer que les employeurs et les jeunes Lavallois disposent du soutien dont ils ont besoin pour réussir. 

Le député d’Alfred-Pellan, Angelo Iacono, au nom de la ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et de la Jeunesse, Marci Ien, a annoncé le lancement de la période pendant laquelle les employeurs peuvent présenter des demandes dans le cadre du programme Emplois d’Été Canada 2022, et ce, jusqu’au 25 janvier 2022. 

« Chaque année, les employeurs de ma circonscription attendent avec impatience l’ouverture du  programme parce que ça fait une réelle différence localement. Autant pour eux en leur offrant  une aide supplémentaire bien appréciée durant la saison estivale, que pour les jeunes Lavallois  qui bénéficient d’une expérience de travail enrichissante localement. Les retombées positives sont  nombreuses à Laval, je le constate depuis mon premier mandat et je n’ai pas de doute que cela va continuer encore pour l’édition 2022 » souligne le député d’Alfred-Pellan, Angelo Iacono. 

En 2022, Emplois d’Été Canada reviendra à ses paramètres pré-pandémiques et, par conséquent,  les emplois estivaux devront : 

• Être à temps plein avec un minimum de 30 heures par semaine; 

• Être d’une durée minimale d’au moins 6 semaines; 

• Se terminer avant le 3 septembre 2022. 

Les faits en bref 

• EEC fait partie de la Stratégie emploi et compétences jeunesse, qui aide les jeunes, surtout ceux qui sont confrontés à des obstacles, à acquérir les compétences et l’expérience dont ils ont besoin pour réussir leur transition vers le marché du travail. 

• Depuis 2016, le gouvernement du Canada consacre davantage de fonds dans le programme Emplois d’été Canada, plus que doublant le nombre d’emplois créés  annuellement, qui est passé de 35 000 à plus de 79 000. En 2020, le gouvernement du Canada a versé 320,45 millions de dollars dans EEC, ajoutant 62 millions de dollars supplémentaires et portant à 80 000 le nombre d’emplois pour les jeunes. 

• Les jeunes ont été durement touchés par les pertes d’emplois causées par la pandémie, et leur taux de chômage a considérablement augmenté pour atteindre un sommet inégalé  de 31,4 % en mai 2020. En novembre 2021, les taux d’emploi (56,1 %) et de chômage  (9,7 %) des jeunes sont revenus à ce qu’ils étaient avant la pandémie. Les jeunes sous représentés, qui depuis longtemps se heurtent à des difficultés sur le marché du travail, n’ont cessé de peiner à trouver un emploi. 

En novembre 2021 : 

• les jeunes de minorités visibles affichaient un taux de chômage de 12,9 %; 

• les jeunes Autochtones vivant hors des réserves affichaient un taux de chômage  de 15,5 %; 

• les jeunes immigrants affichaient un taux de chômage de 10,0 %. 

• Cette année, les organismes sans but lucratif se feront rembourser jusqu’à concurrence  de 100 % du salaire minimum provincial ou territorial. Pour les employeurs des secteurs  public et privé, ce remboursement pourra atteindre 50 % du salaire minimum provincial ou territorial.  

• Le placement pour les emplois à temps plein se fera à l’été (minimum de 30 heures et maximum de 40 heures par semaine). Tous les emplois d’EEC doivent durer de 6 à 16 semaines (la moyenne est de huit semaines). 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.