Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Conservation de la nature Canada

Donnez un « coup de pouce vert » aux espèces indigènes dans votre voisinage

durée 15h00
15 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

À l’approche de la belle saison, nombre de personnes préparent l’aménagement de leurs arrière-cours, plates-bandes, jardins et balcons.

Dans la foulée de populaires campagnes de sensibilisation telle que « En mai, laissez pousser » des deux printemps derniers, incitant le public à offrir des vacances à leur tondeuse, Conservation de la nature Canada (CNC) encourage la population à trouver de nouveaux moyens de donner plus de place à la nature dans leur milieu de vie.

Selon l’organisme de bienfaisance voué à la sauvegarde des milieux naturels, planter des végétaux indigènes est un petit geste de conservation qui a de nombreux avantages pour la faune urbaine et la biodiversité. Avec plus de 80 % de la population canadienne habitant la ville, les choix que nous faisons pour l’aménagement de nos terrains ou balcons profiteront à la faune et la flore de nos quartiers.

Claude Drolet, chargé de projets à CNC, explique que les gestes posés chez nous peuvent aider les populations de certaines espèces sauvages, promouvoir la santé des écosystèmes urbains et resserrer notre lien avec le monde naturel.

« Nous pensons souvent que les lieux que nous habitons sont distincts de la nature, mais en réalité, ils font partie intégrante de l’écosystème. Nos choix de plantes ont une incidence considérable sur la diversité et l’abondance des espèces sauvages environnantes. Les arbres, arbustes et fleurs sauvages indigènes soutiennent une plus grande diversité d’espèces pollinisatrices et d’insectes que les plantes traditionnellement utilisées en horticulture ; les choisir est l’occasion d’en apprendre plus sur la biodiversité locale. »

Consacrer une partie de sa pelouse, de son jardin ou de son balcon aux espèces indigènes, donne un gros coup de pouce à la biodiversité. Voilà pourquoi CNC encourage les gens à se donner le défi de transformer une partie de leur espace en refuge pour les espèces indigènes où pourront s’épanouir les plantes, les insectes et les animaux qui sont nos voisins naturels.

Voici des conseils et des points à retenir lorsque vous cultivez des espèces indigènes :

Renseignez-vous sur les types de sols et de communautés végétales naturellement présents dans votre région, pour savoir quelles plantes indigènes seront les plus faciles à cultiver.

Il y a dans de nombreuses régions du pays des comités sur les espèces indigènes et les plantes envahissantes. Ces comités pourraient vous renseigner sur les végétaux à cultiver et à éviter. Visitez la page « Sachez reconnaître les plantes » du Conseil canadien sur les espèces envahissantes pour obtenir plus d’information.

Les pépinières et centres de jardinage locaux peuvent vous renseigner sur la provenance de vos plantes et sur les conditions qui leur sont les plus propices. Vous en tenir aux plantes adaptées aux conditions de votre région est un bon moyen de soutenir la biodiversité tout en assurant la vitalité de votre jardin.

Puisque les plantes indigènes ont évolué en même temps que les abeilles, papillons et autres polinisateurs sauvages de votre région, elles représentent un habitat plus adéquat que les espèces ornementales non indigènes.

Vous pouvez consulter des spécialistes, un livre sur la flore locale ou une application comme iNaturalist pour identifier les espèces qui poussent déjà chez vous. Pour des informations sur certaines espèces envahissantes les plus communes, visitez le site Web de CNC.

« Passer du temps dans la nature est bénéfique pour la santé physique et mentale. Planter des végétaux indigènes permet d’inviter la nature dans chez vous et d’offrir un refuge aux espèces qui vous entourent. Cela représente aussi une excellente occasion de se connecter à la nature, de faire une activité en famille et de voir les fruits de votre labeur s’épanouir. », affirme M. Drolet.

À propos

Conservation de la nature Canada (CNC) est la force rassembleuse au pays pour la sauvegarde de la nature. Par la conservation permanente de vastes territoires, nous apportons des solutions à la double crise du déclin rapide de la biodiversité et des changements climatiques. Partenaire de confiance, CNC œuvre aux côtés de particuliers, de collectivités, d’entreprises et de gouvernements afin de protéger et veiller sur nos aires naturelles les plus importantes.

Depuis 1962, CNC a mobilisé la population canadienne pour aider à conserver et restaurer plus de 15 millions d’hectares, dont près de 50 000 hectares, au Québec. CNC est un organisme de bienfaisance enregistré. Avec la nature, nous créons un monde prospère. Pour en savoir plus : conservationdelanature.ca

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 13h56

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

26 septembre 2022

Retour en images sur la cérémonie hommage aux policiers décédés en fonction

L’émotion était palpable ce dimanche en après-midi à Ottawa sur la colline parlementaire. Près de 4 500 policiers provenant des quatre coins du Canada, et de la région du Suroît, se sont réunis pour rendre hommage aux agents décédés dans l’exercice de leur fonction plus tôt cette année. Parmi les intervenants qui ont pris part à cette cérémonie ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...