Publicité
23 octobre 2014 - 08:25 | Mis à jour : 08:36

Jean Pascal saute la clôture et affrontera Donovan George le 6 décembre

Gabriel Gignac

Par Gabriel Gignac, Journaliste

Twitter Gabriel Gignac

Le boxeur Lavallois, Jean Pascal, a signé une entente de quatre combats avec le groupe Interbox.

« Si on m’avait dit il y a quelques années que je quitterais le Groupe Yvon Michel (GYM) pour Interbox, j’aurais tout simplement répondu : Impossible. Un homme intelligent change parfois d’idée », de débuter le boxeur.

« Je serai leur priorité et je tombe dans une organisation très solide et bien menée. Ce sera plus facile en passant dans le camp ennemi d’avoir mon combat contre Adonis Stevenson. La rivalité entre moi et Superman sera encore plus grosse », d’expliquer calmement Pascal.  Outre Interbox, la firme Roc Nation Sports qui est chapeautée par le rappeur Jay-Z avait soumis une offre au clan du boxeur Lavallois.

L’entente avec le groupe de Jean Bédard est d’une durée de quatre combats, dont le premier aura lieu le 6 décembre face à Donovan George qui présente une fiche de 26 victoires, dont 22 par KO en 32 affrontements. Pour les trois autres, toutes les options seront étudiées. « Que ce soit une revanche contre Lucian Bute, un épisode trois contre Bernard Hopkins, un duel face à Sergey Kovalev, peu importe. Un combat contre Stevenson s’il peut arrêter de ce cacher est aussi possible. Je ne refuse jamais aucun défi, moi », de déclarer Jean Pascal avec une légère pointe envers le champion du monde du World Boxing Council (WBC) et Ring Magazine, Adonis Stevenson.

Jean Pascal veut passer le KO à Donovan George le 6 décembre prochain pour montrer qu’il peut faire mieux qu’Adonis Stevenson. Ce dernier avait gagné contre George avec un TKO au 12e round. « Je vais continuer de prouver ce que je dis depuis le jour un. Je suis le meilleur boxeur du Québec », de déclarer le Québécois qui n’a jamais eu la langue dans sa poche.

Si plusieurs voudraient le ramener sur terre avec la théorie qu’il n’est pas le champion, Pascal aurait ceci à leur répondre. « Tu peux être champion du monde et te comporter comme un simple boxeur. Lorsque j’étais champion du monde, je ne me suis jamais défilé et j’ai affronté les meilleurs. Je me suis mesuré à Chad Dawson alors que je revenais d’une opération à l’épaule. Adonis porte ma ceinture, mais ne chausse pas mes souliers malheureusement », ajoute t-il avec conviction.

La préparation va bon train

Jean Pascal s’entraîne depuis plusieurs mois, mais le vrai camp d’entrainement avec une phase beaucoup plus intensive ne débutera que lundi à Montréal. Si on sait déjà que Marc Ramsay continuera d’entrainer son boxeur, sa présence dans son coin le 6 décembre est compromise.

« David Lemieux se bat le même jour aux États-Unis alors il sera possiblement absent. Je suis un gars d’équipe, on va prendre la décision en famille », mentionne t-il. La présence de l’idole du boxeur Lavallois pourrait se décider bientôt. « Il y a de fortes chances que mon bon ami Roy Jones Jr vienne me donner un coup de main. Rien n’est sûr, mais la possibilité est là », déclare Pascal.

Le combat contre Donovan George se situe chez les 175 livres et le Québécois s’attend à tout un combat. « George a un gros cœur. Ce type de boxeur ne vient pas pour la paye, il va venir ici pour gagner et je devrai être prêt », de conclure Pascal en parlant de son adversaire qui est champion du monde de l’International Boxing Organisation (IBO) chez les 168 livres.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.