X
Rechercher
Publicité

Annonce du ministre Jean Boulet

Le salaire minimum au Québec passera de 13,50 $ à 14,25 $ le 1er mai

durée 12h00
15 janvier 2022
durée

Temps de lecture :

2 minutes

Par La Presse Canadienne
1ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante

Le salaire minimum au Québec passera de 13,50 $ à 14,25 $ l’heure à compter du 1er mai.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, en a fait l’annonce vendredi.

La hausse concerne environ 301 000 travailleurs, dont 166 000 travailleuses, dans des secteurs comme le commerce de détail et la restauration.

Pour les employés à pourboire, le salaire minimum passera de 10,80 $ à 11,40 $. 

En entrevue avec La Presse Canadienne vendredi, le ministre a souligné qu’il respectait ainsi sa cible de maintenir le salaire minimum à environ 50 % du salaire horaire moyen. Celui−ci serait de 28,47 $ selon les prévisions.

Le ministre Boulet estime qu’un salaire minimum à 14,25 $ l’heure est «un bon équilibre» entre les différents facteurs économiques et sociaux qu’il faut soupeser.

«Il faut tenir compte de l’impact que la pandémie a pu avoir sur beaucoup de PME au Québec, qui ont eu à affronter des enjeux extrêmement importants en termes de maintien ou d’augmentation de leur croissance économique. Il faut aussi que ce soit suffisamment important pour inciter au travail. En même temps, il ne faut pas que ça provoque de décrochage scolaire. Je pense qu’on trouve un bon équilibre», a commenté le ministre Boulet. 

Les grandes organisations syndicales, qui revendiquaient depuis quelques années de porter le salaire minimum à 15 $, ont depuis haussé leur demande à 18 $ l’heure. Elles soutiennent que 18 $ l’heure représente un minimum pour vivre dignement.

Interrogé à ce sujet, le ministre a dit préférer y aller progressivement. «On y va étape par étape». De 14,25 $ l’heure le 1er mai 2022, il croit pouvoir le porter à 15 $ l’heure le 1er mai 2023, en tenant compte de la vigueur économique du Québec.

L’Ontario a déjà porté son salaire minimum à 15 $ l’heure, le 1er janvier dernier.

Le ministre Boulet objecte que le Québec fait tout de même bonne figure au Canada pour ce qui est du revenu disponible, grâce à son filet de sécurité sociale, à ses services de garde subventionnés et au crédit d’impôt pour solidarité sociale, notamment.

D’ailleurs, la rareté de main−d’œuvre dans plusieurs secteurs d’activité économique a déjà entraîné une pression à la hausse sur les salaires. Bien des employeurs ont dû hausser le salaire qu’ils versent à leurs employés ou bonifier leurs conditions de travail d’autres façons, pour les garder ou pour en attirer.

Lia Lévesque, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

1

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

  • YT
    yvon thibaudeau
    temps Il y a 3 mois
    je trouve que vous etre pas au courent que la vie coute plus chere que sa revisé sa ses pour sa que les jeunes son dans les rue vous vos salaire et plus haut que sa esseillier de vivre 1 mois avec un logement sur le dos etc

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Appel de candidatures au Programme d’accompagnement à la création petite enfance

La Ville de Laval invite les collectifs d’artistes et les compagnies professionnelles ou de la relève œuvrant en arts de la scène à soumettre leur candidature au Programme d’accompagnement à la création petite enfance d’ici le 6 juillet prochain.  Les lauréats bénéficieront d’une contribution de 50 000 $ sous forme de services et d’aide ...

Grossessesansalcool.ca vous renseigne sur l’alcool, la grossesse et la prévention du Trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale

L’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) est heureuse de présenter son nouveau site web bilingue sur l’alcool, la grossesse et la prévention du Trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF).  Créé pour partager des faits et des ressources dans le respect des différentes réalités et pour réunir l’ensemble des outils de la ...

durée Hier 16h00

Un homme amputé lance un appel à la prudence aux enfants de Laval

Daniel Lanteigne, un doyen du Programme pour enfants amputés (LES VAINQUEURS) de l’Association des Amputés de guerre, connaît très bien les conséquences tragiques d’un accident de tracteur de pelouse.  À l’âge de six ans, il a subi un accident impliquant une telle machine. Maintenant dans la trentaine et père d’un jeune garçon, il tient plus que ...