Publicité
8 juillet 2012 - 06:53

Des joueurs de la LNH patinent au Complexe Guimond

Par Ghislain Plourde

LAVAL - 

 

Encore une fois cette année, le Complexe Guimond a accueilli, dans les derniers jours, quelques hockeyeurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) venus garder la forme.

Parmi les joueurs présents sur la glace, mercredi 27 juin, on retrouvait entre autres Maxime Talbot et Bruno Gervais, des Flyers de Philadelphie, David Desharnais, du Canadien de Montréal, Jason Pominville, des Sabres de Buffalo, ainsi que le Lavallois Simon Després, des Penguins de Pittsburgh.

Dans un affrontement trois contre trois, d’une durée d’environ 60 minutes, les joueurs sur la patinoire ont offert une démonstration de leurs talents à des dizaines de spectateurs très attentifs aux moindres faits et gestes qui se déroulaient sur la patinoire.

Confiants pour une prochaine saison

À la fin de l’exercice, L’Écho de Laval est allé à la rencontre de quelques-uns de ces joueurs de la LNH. Bien que le spectre d’un conflit de travail plane sur les activités du circuit Bettman, ils sont optimistes à l’idée qu’une entente surviendra entre les deux parties.

«On ne peut pas deviner de ce qui va se passer, de ce qui se discutera dans les négociations, mais je suis confiant qu’on va trouver un terrain d’entente», a dit Maxime Talbot très heureux de sa première saison passée chez les Flyers de Philadelphie.

Son nouveau coéquipier là-bas, Bruno Gervais, abonde dans le même sens. «On espère pouvoir éviter la grève, c’est sûr. La dernière fois, on a perdu une saison complète. Je crois bien qu’on va patiner dès le début du prochain camp d’entraînement.»

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Laval se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Laval collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.